Blogue voyage │BonGo Créations (Révision, rédaction, traduction)

Articles tagués ‘Asie’

Un Singapour sling à Singapour? À méditer.

Comme mieux vaut tard que jamais, je vous présente les photos les plus marquantes de mon voyage de trois jours à Singapour, en mars 2016.

photo

Le cocktail qui m’a coûté le plus cher : un Singapour Sling à l’aéroport de Singapour (ma petite folie!). Le prix : 23 $ CA… chacun. On le déguste…

Au zoo de Singapour

1861.JPG

Mon amie aux yeux implorants

1857

Se chercher des poux est sans doute le meilleur passe-temps…

1824

Maman et bébé girafe se promènent tout près de nous.

Au centre de la ville

1766

Vue de notre chambre du 21e étage au Pan Pacific Singapore, directement au centre-ville. Bon rapport qualité/prix.

1762

Le dimanche soir, 21 heures, le concessionnaire Lamborghini est encore ouvert. Il n’y a pas de jour ou d’heure où on ne magasine pas dans cette ville opulente.

1755

Chez Yayo, restaurant japonais, on commande sur l’écran et on est servi en un rien de temps. Quel délice!

1741

Chambre superbe, séparée de la salle de bain par une porte vitrée (au fond) de la salle de bain. P.S. Pour un peu d’intimité, j’ai bien aimé la porte pleine qu’on peut activer, au besoin. Le service y est aussi impeccable.

1569

Le soir, Singapour s’illumine de partout, pour notre émerveillement.

Au Jurong Bird Park

1724

On y est surtout très bien accueilli. Hello… hello… hello…

1621

On ne pouvait passer à côté de ce resto sans sourire. Notre perroquet gris d’Afrique nous manquait beaucoup dans ce paradis des oiseaux. Il aurait bien aimé manger un burger, ce cher Bongo…

1661

Une compétition sportive entre aras

1685

Des oiseaux de tout acabit ont participé à ce spectacle haut en couleurs.

Au Gardens By The Bay

1541

Au coucher du soleil, les arbres de métal géants déploient leurs branches. Le spectacle va commencer bientôt.

1554

Quelques minutes plus tard, on assiste au plus beau spectacle artificiel de son et lumière qui soit!

En promenade à pied

1517

Quelle fierté de pouvoir marcher sur la piste de course automobile de Formule 1!

1514

Gardens By The Bay vus de l’autre côté de la rive.

1510

La Marina Bay ne manque pas de charme.

1485

L’hôtel le plus photographié de Singapour : Marina Bay Sands, qui compte 2 560 chambres dans ses trois gratte-ciel de 55 étages. Ce qui ressemble à un bateau sur les toits contient la piscine à débordement la plus longue au monde. Cet hôtel a été construit au coût de 5,5 milliards de dollars.

1491

Sous le Marina Bay Sands, on retrouve plusieurs planchers de magasins. On peut même y patiner et se promener en gondole sur l’eau! L’extravagance peut mener loin…

1474

Manger à faible coût est possible à Singapour. Recherchez l’enseigne TimHoWan. Ce restaurant, présent dans plusieurs grandes villes asiatiques, possède même une étoile Michelin. Le principe de commande et de service est simple et la nourriture, digne de grands chefs.

1426

On doit se promener au National Orchid Garden. C’est paisible, ça ne coûte rien et on y voit que du beau!

1446

Type d’orchidée faisant partie des jardins

1418

Dans les rues, on pourrait manger par terre tellement la propreté règne. Partout, la végétation abonde entre les hauts édifices. Plusieurs intersections nécessitent qu’on les traverse sous terre. Ainsi, le risque d’accidents s’en trouve diminué.

1391

Singapour dans toute sa splendeur

J’espère que ce tour d’horizon de Singapour vous a plu. Je terminerais avec ce constat : même si cette ville est l’endroit où le coût de la vie est le plus cher au monde, il y a moyen de limiter les coûts. Par exemple, dans les centres d’achats souterrains, préférez les étages inférieurs (c’est là où la classe moyenne fait ses achats). Aussi, on peut se promener en autobus sans souci. Il est facile de s’y retrouver.

On y va pour :

  • sa végétation luxuriante, ce qui nous donne l’impression que même parmi la foule, on respire
  • sa propreté et sa sécurité (très faible taux de criminalité)
  • sa population souriante et sympathique
  • sa beauté, sa richesse et ses nombreux attraits touristiques naturels.

On l’évite si :

  • on a l’intention de mâcher de la gomme ou, encore pire, on la jette par terre : on peut aller en prison. Imaginez pour un délit plus grave!
  • on recherche une destination bon marché.

Surtout, n’allez pas à l’hôtel Raffles pour consommer votre Singapour Sling (là où le cocktail a été inventé en 1915) : il est certainement plus cher que ce que j’ai payé à l’aéroport!

Hong Kong : ma porte sur l’Asie

091Pour moi, l’Asie, c’était une première. Mon vol vers Hong Kong, avec un arrêt à Pékin, était long, mais moins pénible que ce à quoi je m’attendais. Air China avait une heure de retard. Le service était bon, mais sans plus. Au prix qu’on avait payé, on s’y attendait. Ils ont surtout du chemin à faire pour égaler la qualité de nourriture qu’on nous sert à bord des vols de compagnies aériennes canadiennes ou américaines. (Qui a dit que les repas étaient horribles à bord d’un avion?) Malgré tout, me sentir dépaysée au premier coup d’œil après l’embarquement, j’ai bien aimé. Les films présentés à bord étaient presque tous en chinois, quelques-uns sous-titrés en anglais. Oublions les films américains à effets spéciaux! La censure se sent. Même dans la romance.

Hong Kong était dans la brume la première journée de notre arrivée. J’ai pensé : la pollution est-elle en cause? On dit que oui, mais cette mégapole chinoise est moins polluée que Pékin ou Shanghaï. Tout de même. Je fus surprise de ne pas suffoquer. Faut croire qu’on s’habitue à tout. Par contre, un habitant sur cinq environ porte un masque sur le nez pour se prémunir de je ne sais quel microbe.

222Ce qui frappe

Douze heures de décalage horaire d’avec Montréal. Ce n’est pas rien. Le dépaysement passe aussi par l’heure. Par les multitudes de chantiers de construction en constante opération. Par la qualité, le confort, la sécurité, l’efficacité et le coût abordable des métros. Par le nombre de personnes dans les rues. Par ses tramways multicolores. Par certaines toilettes publiques pour dames sans cuvette (eh oui, il n’y a qu’un trou au plancher!). Par ses édifices aussi hauts que le ciel. Par la livraison de sable qui sert à créer de nouvelles terres habitables en plein centre-ville. Par l’érection de mini abris pour typhons. Et surtout, surtout, par les files d’attente de jeunes femmes à l’extérieur des boutiques de très grand luxe (je me demande bien d’ailleurs comment quelqu’un de 25 ans peut se payer une sacoche à 2 000 $ quand son minuscule logement de 500 pieds carrés lui coûte 2 000 $ en dollars US de loyer par mois!).

263Hong Kong se transforme, s’agrandit, se renouvelle. Tout le monde s’active dans cette ville; la fainéantise n’existe pas. Les gens sont plus sympathiques ici qu’à Pékin, héritage de la domination britannique de 150 ans qui s’est terminée en 1997. Depuis que Margaret Thatcher a cédé Hong Kong à la Chine, beaucoup de Hongkongais ont déménagé au Canada et aux États-Unis, de peur de voir leurs privilèges de capitalisme anéantis quand le socialisme reprendra le contrôle 50 ans plus tard.

178En banlieue de Hong Kong s’élancent plages, cimetières et montagnes. On peut y monter par le typique funiculaire Peek Tram, pour une vue spectaculaire. La ville compte 8 000 gratte-ciel, soit deux fois plus que la ville de New York. Sur 37 millions d’habitants, il n’y a que 27 000 agents de police. Pourtant, partout où l’on est allés, on s’est toujours sentis en sécurité. J’imagine que quand tout le monde travaille, la violence est moins présente.

La cuisine cantonaise est leur spécialité, mais la cuisine internationale y est aussi délicieuse. La longévité des Hongkongais est la plus élevée au monde, avec une moyenne d’âge au décès de 82,2 ans. Le mandarin est la langue officielle de Hong Kong, mais à part 谢谢 (prononcé tché-tché, pour « merci »), je n’ai rien appris d’autre. Dommage, car mon goût pour l’étudier s’est encore accru, bien que j’aie appris que la langue chinoise contenait 47 000 caractères différents! De quoi étudier toute une vie…

Mes recommandations sur Hong Kong

154Pour manger des dumplings et des Dim-Sum de qualité, c’est chez Tim Ho Wan qu’il faut aller. La nourriture est tout simplement d-i-v-i-n-e et le resto a une étoile Michelin à son palmarès. Et le prix? À deux, on s’en sort en bas de 30 $ US! C’est une expérience en soi, puisque beaucoup de jeunes Hongkongais en font leur lieu de rencontre et il y a peu de touristes. On attend environ 45 minutes en file, à toute heure du jour, puisqu’ils ne prennent aucune réservation. L’ambiance est plus style cafétéria que salon et il ne faut pas avoir peur de la proximité. On commande sur papier et on est servi en un rien de temps. Ah oui! Ne le cherchez pas trop longtemps avec l’adresse, il est situé sur un étage inférieur, dans le métro!

109Autre attrait : le Sky100, situé dans un édifice haut de 100 étages (un des plus hauts au monde) sur l’île de Kowloon, avec vue à 360 degrés sur les îles de Hong Kong. En temps de brouillard, c’est moins intéressant, mais la vue est imprenable. De plus, on peut manger l’équivalent d’un léger goûter  : un peu cher, mais excellent. Si vous avez soif, je vous suggère leurs frappés aux fruits : ils sont « délicionnets »! Pour une pause photo, allez-y de votre plus beau sourire devant les panneaux où vous pouvez faire un souhait afin qu’il se réalise. Les Chinois sont très superstitieux…

Petit conseil : si vous allez au Sky100 avec l’autobus Hop on Hop off, informez-vous à quelle heure l’autobus repasse, et ne le manquez pas, faute de quoi vous attendrez longtemps dans le stationnement souterrain grisonnant.

121

Me voici attablée en haut de Sky100. Disons que j’étais attablée, oui, mais l’image des serveurs n’a qu’une dimension… et que les assiettes étaient encastrées dans la table! Ces Chinois ont quand même un très bon sens de l’humour.

Se promener en Sampan, sorte de petite barque délabrée, fait aussi partie de mes coups de coeur. Se laisser flotter parmi les petits bateaux de pêcheurs sur la mer de Chine, à Aberdeen, où fourmille une vie fossile sur des fonds de modernité, c’est confondant. Des habitants, faute d’argent pour se payer un loyer dans une de ces immenses tours aussi pareilles les unes que les autres, doivent vivre sur leur chaloupe qui prend l’eau. Je n’ai malheureusement pas eu le temps d’aller dîner aux restaurants flottants, mais paraît-il qu’ils servent d’excellents fruits de mer et poissons.

191

Restaurants flottants d’Aberdeen en mer de Chine

204

La désuétude et le modernisme se côtoient allègrement.

J’espère que ce survol de Hong Kong vous donnera l’envie d’y aller à votre tour, que j’ai su faire de cet article tout sauf un casse-tête chinois…

Prochain billet, rejoignez-moi à Macau.