Newcastle, route des vins et Morpeth

Nous voilà à Sydney, en Australie, après un périple de 55 heures. Premier jour sur notre navire de croisière, le Celebrity Solstice, notre station de ravitaillement pour les 14 prochains jours.

Je suis loin d’être une lève-tôt. Ce matin, par contre, je suis incapable de dormir. Le décalage m’affecte. Me voilà partie pour l’exploration du bateau. Il est 5 h. Seule sur le pont supérieur, j’assiste au plus beau spectacle de lever du soleil à vie. Sur une musique entraînante qui joue juste pour moi, je cours sur la piste de jogging. Faut bien passer le temps. Ce matin-là, je suis la plus heureuse des femmes. Mon mari dort à poings fermés et moi, je profite du pont du 14e étage pour me délier les jambes. Entre rosée et petite brise, ce soleil me fait un clin d’œil.

Après cette course solitaire, les corridors menant à notre chambre sont encore déserts. Les seuls êtres vivants enfin, vivants, c’est un bien grand mot! —  que je croise sont deux gars saouls morts entre les 10e et 11e étages, dans l’escalier. Le cellulaire de l’un éclaire encore le plafond. Nuit difficile, on dirait! Je souris. Ce voyage promet d’inédites aventures…

Première escale : Newcastle

Quelques heures plus tard, pimpante et dégourdie, je saute dans l’autobus en compagnie de mon chéri et d’un groupe à Newcastle, prête à fouler ma deuxième ville en sol australien.

DSC_0539

Ville côtière de Newcastle, au nord de Sydney

Située à environ deux heures de route de Sydney, la Hunter Valley est une région viticole prolifère. Notre tour guidé comporte trois arrêts « vin ». Hic! Je repense à mes bozos dans les escaliers… je dois faire attention de ne pas en arriver là.

Premier arrêt : Vignoble McGuigan.

DSC_0508

Ici commencent mes dégustations de vin de la journée avec mon conjoint.

C’est là que je les ai aperçus pour la première fois. Bondissant en pleine nature. Savourant leur liberté collective. Des kangourous. Je n’avais jamais espéré les rencontrer si rapidement! Pendant que notre groupe de touristes s’attarde à l’entrée du vignoble, je me flanque les deux pieds dans la boue pour m’approcher le plus possible des kangourous. Ils étaient trop loin, mais ma joie, elle, était palpable. Tant pis, une autre chance se présenterait.

Un verre, deux verres… six verres. Tout est pensé pour qu’on échange dans la bonne humeur avec nos voisins de table qui sont, pour la plupart, Australiens. Manger, ça presse! On nous sert, sur des tables à pique-nique extérieures, de délicieux fromages locaux, accompagnés de craquelins, de pain frais et de gelée aux fruits. Ça va mieux. Nos hôtes sont accueillants et n’insistent pas pour nous vendre leurs produits. J’adore! L’endroit est magnifique. Tout est différent du Québec : les arbres, les animaux, les paysages… et aussi le vin et le fromage. Surtout l’accent australien!

DSC_0506

Deuxième arrêt : Vignoble Wynwood.

DSC_0515

La Hunter Valley peut se vanter d’avoir de petits havres de paix, et ce vignoble en est un bon exemple. De moins grande envergure que le précédent, on s’y sent à notre aise, comme si l’on entrait dans une salle familiale. Seul hic : leurs vins ne sont pas mes préférés. Mais à seulement 11 h, je comprends pourquoi. D’ailleurs, mon estomac me rappelle que l’alcool si tôt le matin, ce n’est pas une bonne idée. Mes photos se font rares à partir d’ici.

DSC_0513

Est-ce le chemin à suivre pour l’arrêt pipi?

DSC_0514

Non, c’est là où on dit : « Oui, je le veux. »

DSC_0516

La terre a tremblé à Hunter Valley le 28 décembre 1989, faisant 12 morts et plus de 160 blessés. Des maisons ont pris feu et les dommages ont été évalués à plus de 800 millions de dollars. Puissance sur l’échelle de Richter : 5.6. Depuis cette date, la terre tremble toujours (le 13 septembre 2018, deux secousses de 2.8 et 3.4 ont été ressenties).

Je n’ai pas peur. Ici, il n’y a que des champs et des routes, et des vignes.

Troisième arrêt : Hope Estate

DSC_0522

En débarquant de l’autobus, je me dis : « Qu’on en finisse avec le vin! » L’animateur du vignoble nous accueille chaleureusement et nous dirige vers une grande pièce sombre de deux étages. Une immense table en vieux bois trône au centre. De chaque côté, des tonneaux. Rien que des tonneaux de vin. Dessus, la signature de toutes les personnes connues du monde entier qui sont passées par là. Certaines signatures datent de plusieurs décennies. Le décor m’enchante. Le vin aussi. Six verres plus tard ou plus, je ne sais plus, me voilà flânant dans cet immense espace, à la recherche d’un kangourou perdu. « Un noble vignoble, c’est ignoble… hic! »

Morpeth

Nous repartons trop tôt. Le silence dans l’autobus. Je ne suis pas la seule à qui le vin fait effet. Le chauffeur nous débarque au milieu de Morpeth, ville dortoir de 891 habitants. Comme dans Muppet Show. D’une platitude effarante. Il y a une rue principale, à Morpeth. Une seule, entrecoupée de 4 ou 5 rues transversales. Que des boutiques fermées, à Morpeth. Le seul endroit où l’on peut manger ou boire, c’est à l’auberge du coin de rue, là où les chambres du deuxième étage ont été converties en magasin d’antiquités, faute de touristes. Après avoir arpenté deux fois le trottoir dans un aller-retour mortuaire, on attend que se réveille le chauffeur. YOUHOU! Tous les passagers sont là! ON PEUT PARTIR! Mais avant, je vous présente les photos des principales attractions de Morpeth.

DSC_0527

DSC_0534

DSC_0531

Au bureau de poste de Morpeth, on peut aussi faire soigner sa vache.

N’est-ce pas fantastique? Je me moque un peu, mais on ne sait toujours pas pourquoi cette ville a la réputation d’attirer les voyageurs. Mystère… ou piège à touristes?

Décevant, quand même, notre dernier arrêt. Malgré tout le vin absorbé dans mon sang, mon jugement n’est pas trop altéré : on peut savoir si une activité est bonne ou mauvaise. Celle-là, c’est de la pure perte de temps.

Malgré tout, le voyage est jeune. Même si je n’ai pas découvert les meilleurs attraits de Newcastle, je garde espoir de me laisser séduire par d’autres belles villes d’Australie, par ses paysages et ses animaux exotiques.

DSC_0541

Au départ du navire, la vue était magnifique.

Ne manquez pas notre prochaine escale : Airlie Beach!

 

Avez-vous lu « Kangourous, koalas et autres australobêtes »? Pas encore? Cliquez ici!

Ou bien « Prologue de notre aventure australienne »? Non? Cliquez ici!

 

 

 

 

 

 

 

Publicités

2 réflexions sur “Newcastle, route des vins et Morpeth

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s