Visite à Budapest : là où…

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

PFK et Starbucks, ainsi que plusieurs autres chaînes américaines, font partie du paysage du centre-ville de Budapest, en Hongrie.

Je n’avais aucune attente avant d’arriver à Budapest, en Hongrie. Je savais que c’était une vieille ville européenne un peu grise. Sous ses dehors austères se cache une multitude de couleurs, de cultures et de charmes. Elle n’est surtout pas vieille, mais respire plutôt la jeunesse, grâce à son dynamisme et son ouverture sur le monde.

Là où l’histoire fait peur

Tous les touristes apprendront que le nom de Budapest vient des villes de Buda (ne pas confondre avec Bouddha, même si on le prononce pareil), de Pest et d’Obuda. Les trois se sont regroupées pour devenir Budapest au 19e siècle.

À la Deuxième Guerre mondiale, les troupes allemandes prennent possession de la ville et créent un regroupement, les Croix fléchées. Plus de 400 000 juifs hongrois sont alors déportés et cette ville européenne fait partie de celles qui ont été les plus bombardées. Ce qui m’amène à ma première visite en terre hongroise : la Maison de la Terreur.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Devant la Maison de la Terreur, on a exposé ces chaînes pour commémorer ceux qui ont été faits prisonniers, qui ont été tués ou torturés par les membres des Croix fléchées, lors de la Deuxième Guerre mondiale.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Quelques objets ayant appartenu aux prisonniers sont exposés dans ce caveau au sous-sol de la Maison de la Terreur.

Cœurs fragiles, s’abstenir. Les émotions se font sentir avant même d’entrer dans cette maison. Des photos de personnes massacrées jusqu’en 1956 à l’intérieur des murs parsèment l’immeuble . Quand on entre, à la file, on est plongé dans la noirceur d’une musique dramatique. Le guide audio est nécessaire pour comprendre l’histoire et les atrocités qui se sont passées là. Mon moral est à plat. Vous ai-je dit qu’il fallait être fait fort pour visiter cette maison?

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Une cellule de torture

Il faut croire que les esprits étaient encore présents, car au moment de mon arrivée dans une cellule de prisonnier située au sous-sol, mon appareil-photo a cessé de fonctionner. Pas moyen de prendre une seule photo de cette salle humide qui fut jadis malodorante de malheur. Les Hongrois ne se sont sortis entièrement de l’emprise des Croix fléchées qu’en 1991.

À ma sortie de cellule, ô miracle! mon appareil-photo a ressuscité.

Là où les attraits ne manquent pas

Avez-vous déjà vu le film « L’hôtel Grand Budapest »? L’action se déroule dans le « Grand Hotel Royal », là où nous avons logé durant les 3 jours de notre séjour à Budapest. Maintenant appelé le Corinthia Hôtel Budapest, il fut construit en 1896 et complètement rénové ces dernières années en un hôtel de luxe. La grande piscine du sous-sol, de style hammam, est identique à celle que l’on voit dans le film. À se demander si les prises de vues ont été tournées là…

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Le hall d’entrée au Corinthia Hotel Budapest est tout simplement grandiose.

Ce qui est bon avec cet hôtel, c’est son emplacement central et ses chambres spacieuses et luxueuses. Il est situé à deux pas de l’avenue Andrassy et du métro, et de tous les restaurants, magasins et musées. Le service est digne des 5 étoiles qu’on lui accorde. Par contre, tout au long de notre séjour, nous nous sommes contentés de restaurants à l’extérieur (même pour les déjeuners et dîners), car, bien que l’hôtel possède un atrium intérieur d’une beauté indéniable où il aurait fait bon manger, les prix du menu à ce restaurant, plus que les fantômes, nous ont fait fuir.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Par exemple, le premier soir, nous avons mangé au restaurant vietnamien Ha Noi Pho pour environ 25 $. L’ambiance était relaxante et la qualité des mets, exemplaire.

À Budapest comme ailleurs dans les grandes villes, le système Hop on Hop off est très efficace. Nous avons donc acheté notre laissez-passer de deux jours, ce qui nous a permis de faire un tour guidé de nuit en autobus, de voir un magnifique coucher de soleil du haut de La Citadelle sur le Mont Gellért, de visiter tous les attraits de la ville sur cinq circuits d’autobus de jour, de faire un tour guidé à pied et de faire la plus éclatante croisière de notre vie.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Au sommet du Mont Gellert, à Budapest. On peut s’y rendre à pied ou en autobus.

 

IMG_1240

Le Parlement de Budapest, vu du Danube, le soir

Le soir, la croisière sur le Danube est des plus spectaculaires. Observer la ville, Buda d’un côté et Pest de l’autre, est impressionnant grâce à un éclairage de nuit judicieusement choisi. On peut y voir, entre autres, le Parlement de Budapest, d’une richesse infinie, le palais royal, les grands hôtels et l’île Marguerite.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Les souliers de métal, commémorant les Hongrois qui ont été exterminés et jetés dans le Danube.

Une promenade à pied sur le bord du Danube nous transporte aussi au temps des fusillades des prisonniers par le parti des Croix fléchées. En 2005, deux artistes ont décidé de créer des chaussures en métal en l’honneur des personnes disparues à cet endroit dans le fleuve. Ces derniers devaient se déchausser avant leur exécution. Aujourd’hui, on y dépose des chandelles à l’intérieur.

Malgré les tourments qu’a connus Budapest, cette ville retombe vite sur ses pieds. Et c’est sur cette note optimiste que j’aimerais vous diriger.

Là où le bain guérit tous les maux

Budapest est renommée pour ses eaux thermales thérapeutiques. Plusieurs établissements ont été érigés pour accueillir les gens voulant être guéris de troubles respiratoires et de douleurs musculaires. Se plonger dans les sources d’eau chaude miraculeuses est propice au bien-être. Ce sont les Turcs qui ont implanté leur savoir-faire en matière de bains thermaux à Budapest. Les bains Rudas existent encore du côté de Buda et datent du 16e siècle. Ce sont les plus anciens. Les bains Széchenyi trouvent des adeptes depuis le début du 20e siècle. Liste des principaux bains à Budapest

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

L’entrée des bains Széchenyi de Budapest

Là où Sissi s’en mêle

Moi qui pensais qu’en quittant Vienne, je quittais aussi l’histoire de Sissi. Non. Qu’est-ce que l’impératrice Sissi a à voir avec Budapest? L’Autriche venait de perdre la guerre contre la Prusse. Sissi a donc décidé de protéger ses enfants en les accompagnant en Hongrie, faisant confiance à son bon ami le comte Gyula Andrassy de Hongrie. L’empereur François 1er (époux de Sissi) le nomma même président du conseil et ministre de la Défense. En amour avec la Hongrie, Sissi réussit à convaincre l’empereur d’établir l’Empire austro-hongrois en 1867. Durant notre visite à pied, qui partait de l’Opéra, notre guide nous a confié que certains ont prétendu que Sissi avait une liaison torride avec Andrassy, puisqu’ils allaient souvent à cheval à la chasse ensemble. Mais ça, l’histoire n’en cite aucune preuve.

En résumé, on ne s’ennuie pas à Budapest. Les gens sont accueillants et fiers de leur ville. Ils parlent bien l’anglais pour la plupart, on s’y sent en sécurité (même dans les rues résidentielles), on peut se brancher sur Internet à peu près partout en ville et on y mange de façon délicieuse. Les multitudes d’histoires que vous y entendrez feront partie de votre bagage de voyage pour longtemps. Bonne visite!

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Au bout de la rue se trouve la basilique Saint-Étienne, monument catholique le plus important de Hongrie. Son dôme s’est effondré en 1868, mais a été reconstruit dans un style néo-Renaissance.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Sur le Danube

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Prise du côté de Buda depuis le palais royal, cette photo nous montre la vue sur Pest. Dommage que le temps gris ne nous a pas permis de rendre ce paysage encore plus magnifique.

 

 

 

 

 

 

 

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s